La fiscalité des revenus locatifs

L'immobilier est un formidable moyen pour s'enrichir.

En effet l'immobilier permet d'utiliser l'argent des autres pour se créer un patrimoine :

- L'argent de la banque pour acheter un bien

- L'argent du locataire pour rembourser votre crédit

Seul l'immobilier permet de s'enrichir sans avoir de capital.

Mais si l'immobilier est un vecteur d'enrichissement, il faut prendre certaines précautions, notamment concernant les impôts !

En effet, la fiscalité immobilière peut vite être confiscatoire si on n'y prend pas garde !

Les revenus fonciers sont imposés à l'impôt sur le revenu (selon votre tranche d'imposition maximale) + la CSG (17,2% au moment où j'écris ces lignes !!).

Par exemple une personne qui est imposé dans une tranche à 30% (ça arrive assez vite !), va payer 47,5% d'impôts et CSG sur ses revenus locatifs s'il n'a pas optimisé sa fiscalité. S'il a 10 000 € de revenus locatifs, il va donc payer 4 750 € d'impôts. Le rendement de son opération est fortement réduit !

Heureusement il existe des solutions pour éviter tout ou partie de ces impôts revenus locatifs.

Il existe 2 grandes catégories de revenus locatifs, les revenus fonciers et les revenus BIC (bénéfices industriels et commerciaux). Les revenus fonciers concernent la location nue (louer un bien vide, sans meuble) et les BIC concernent les revenus issus de la location meublée (louer un bien avec les meubles à disposition).

Pour chaque catégorie de revenus locatifs, il existe 2 sous catégories : le régime "réel" ou vous déduisez vos charges de vos loyers et le régime micro ou vous bénéficiez d'un abattement forfaitaire sur vos revenus locatifs.

Les revenus fonciers et BIC au réel ont également chacun leurs spécificités.

Bien optimiser son régime fiscal en fonction de sa situation permet de réduire considérablement voire parfois de supprimer les impôts sur les revenus locatifs.

Plus d'articles sur les impôts sur les revenus locatifs :