Assurance vie et fisclité

Fiscalité de l’assurance vie en cas de vie

Dans cette vidéo, vous allez découvrir le fonctionnement de l’assurance vie en cas de vie, lorsque vous effectuez des rachats (partiel ou total). Vous allez découvrir les nombreux avantages que permet l’assurance vie pour optimiser votre fiscalité.

Retranscription de la vidéo

Aujourd’hui, nous allons voir comment fonctionne l’assurance vie. Je rencontre tous les jours des personnes qui possèdent une assurance vie et qui ne savent pas comment cela fonctionne. C’est très important de savoir le fonctionnement et comment l’utiliser aux mieux votre assurance vie.

Tout d’abord, il faut considérer l’assurance vie comme un placement comme un autre. C’est-à-dire qu’une assurance vie contrairement à ce que vous aurez certainement déjà entendu n’est pas bloquée 8 ans du tout. Si vous ouvrez aujourd’hui une assurance vie pour faire des versements dessus, vous allez pouvoir prendre date dès aujourd’hui et faire des versements quand vous le souhaitez et à la fréquence que vous le souhaitiez. Cela peut-être des versements réguliers ou des versements au moment où vous le souhaitez. De la même façon, vous allez pouvoir retirer votre argent quand vous le souhaitez. Vous pouvez également faire des prélèvements automatiques.

C’est vraiment un placement qui n’est pas bloqué du tout de ce niveau-là. Par contre, on entend souvent parler comme quoi l’assurance vie est bloquée pendant 8 ans. Il y a bien quelque chose qui se passe au terme de 8 ans, mais ce n’est pas du tout une question de blocage. En fait, si vous placiez votre argent dans une assurance vie, vous allez avoir deux dates importantes ; 4 ans et 8 ans.

  • Entre 0 et 4 ans : sur les plus value que vous allez réaliser si vous faites un retrait, vous allez être imposé à ce qu’on appelle le prélèvement forfaitaire libératoire qui est égal à 35 % ou à votre taux d’imposition de l’impôt sur le revenu. Si vous êtes dans une tranche à 30 %, vous allez prendre le taux d’imposition à 30 %. Si vous êtes dans une tranche à 41 %, vous allez prendre le prélèvement forfaitaire libératoire.
  • Entre 4 et 8 ans : on va retrouver le même mécanisme sauf que le prélèvement forfaitaire libératoire cette fois-ci ne va plus être de 35 %, mais de 15 % ou l’impôt sur le revenu. Si vous êtes toujours dans une tranche d’imposition à 30 %, vous n’allez plus choisir l’imposition sur le revenu, mais vous allez choisir le prélèvement forfaitaire libératoire. L’importance est que vous choisissez soit le prélèvement forfaitaire libératoire soit l’impôt sur le revenu au moment où vous effectuez le retrait. Vous allez pouvoir changer dans le temps.
  • Après 8 ans, on va retrouver le même mécanisme sauf que pour une personne seule vous allez avoir le droit de retirer 4 600 € de plus-value par an et pour un couple 9 200 €. Pour retirer ce montant de plus-value par an, il faut avoir des assurances vies avec des montants importants. Au-dessus de ces montants de plus-value retirée, vous allez être imposé, toujours sur le même principe, prélèvement forfaitaire libératoire, mais cette fois-ci, il est égal à 7,5 % ou à l’impôt sur le revenu.

À toute cette imposition, on ajoute bien évidemment toujours la CSG, CRDS qui est égale à 15,5 % ; taux qui peut être amené à évoluer. On se rend compte que l’assurance vie est intéressante même les quatre premières années. Si vous faites des retraits partiels, vous êtes imposés uniquement soit au prélèvement forfaitaire libératoire de 35 % qui sont plus avantageux soit un impôt sur le revenu. Vous serez comme pour un autre placement.

Mais l’assurance vie a un autre avantage en termes d’imposition. Admettons que vous faites un placement dans une banque traditionnelle, vous y mettez 100 000 €. Au bout d’un an, admettons que ce placement vous ait rapporté 5 000 €. Dans ce cas-là, si vous dites au bout d’un an que vous voulez retirer votre plus-value de 5 000 €, l’État va considérer que vous retiriez 100 % de plus-value et vous allez être imposé à 100 % sur les 100 000 €.

C’est-à-dire si vous êtes dans une tranche d’imposition de 30 %, vous allez faire 5 000 € x 30 % x 15,5 % de CSG. Cela veut dire que vous allez avoir une imposition à 45,5 % x 5 000 €. En fait, il va vous rester un peu plus de la moitié des 5 000 €.

Maintenant, si l’on considère la même chose pour une assurance vie. Vous allez investir 100 000 €. On va partir sur les mêmes rendements. Au bout d’un an, admettons que vous ayez gagné 5 000 € et vous souhaitez retirer de la même façon les 5 000 € que vous avez gagnés. Dans ce cas-là, l’État ne va plus considérer que vous retirez uniquement votre plus-value, mais vous allez découper une part de gâteau qui va représenter les 5 000 € sauf que cette part va être composée d’une partie de plus-value et une partie de capital. Vous allez être imposé uniquement sur la plus-value. Même si vous retirez la première année les 5 000 €, vous allez être imposé sur une petite partie du montant que vous retirez au lieu d’être imposé sur la totalité des 5 000 €. Cette petite partie sera imposée de la même façon soit au prélèvement forfaitaire libératoire de 35 % mais qui n’est pas intéressant, soit à 30 % + 15,5 % de CSG.

Donc, vous vous rendez compte que l’assurance vie est vraiment un placement intéressant à ce niveau-là. Vous allez être beaucoup moins imposé que sur un autre placement traditionnel que ce soit même dès les premières années où vous n’attendez pas les huit ans. Après les huit ans, les 30 % vont également encore diminuer pour être soit à zéro, soit à 7,5 %, soit à 15,5 %. Dans ce cas-là, ce sera encore plus intéressant.

On verra dans des prochaines vidéos d’autres principes de fonctionnement de l’assurance vie et dans quel type d’actif on peut investir grâce à l’assurance vie.